Cuscutta europaea (Cusc-eu) = Teufelszwirn./= Spinnegewuppe/= Kletterpflanze./= Gold.-thread/= hailweed/= hairweed/= hellbine/= love. vine/= strangle. weed/= witch.'s hair/= Dodder/

= angel. hair/= Nesselseide.

     

hat eine schwarze Wolke über sich schweben wie Cimic.;

Habe Pflanze gefunden ohne zu wissen was es war. Pflanze kam mir bedrohlich vor. Habe Männer gewarnt vor Pflanze, sie reagierten lässig o. abweisend/Freundin hat mir geholfen Pflanzeidentität

heraus zu finden.

 

Vor Schütteln: will verzögern/ich trödele.

1e Schütteln (12x). Aufstoßen (kommt nicht zu Ende) + Druck auf der Brust (erstr. Rachen) + atmen fällt schwer. Muss mich zwingen zu konzentrieren. Geist WANdert. aufsteigender Energie bringt 

Schmerz/Druck im Kopf. Empfinden „Wie Anfang“ von Weinen + weine nicht. Erinnere mich unangenehmer Szene von gestern. Beobachte das ich nur durch konzentrieren auf Mantra/solar plexus

Empfindungen wahrnehmen kann

Habe Pause eingelegt nach 6x schütteln (= Ungewöhnlich)/suche Ausrede nicht weiter arbeiten zu müssen. Wenn ich wieder schüttele, fängt oben beschrieben Prozess von Neuem an, aber schwächer.

Krampf in l. Unterarm. Finger versteifen (<< kleine Finger) + Verbleiben in angenommener Stellung.

hebt sich hoch. Verlange wieder nach einer Pause. Halte Druck im Kopf nicht aus und mache Pause. Habe Angst weiter zu schütteln/denke Beschwerden werden nicht verschwinden o. lange brauchen

vor sie verschwinden

Schreibe deutlicher/runder/schwungvoller (ist nach Jahren noch da).

Erinnere mich bei anderen Schüttelgelegenheiten verschlimmerten Beschwerden und bei weiteres schütteln verschwanden sie/> Kopf = benommen/SCHMERZ, entscheide weiter zu schütteln.

Mensch = Ausdruck von äußere Kräften, ringt immer mit Druck (Einflüssen)/muss sich behaupten.

Parasit = Symbol des Drucks

Mache nach 12x Pause und schreibe Notizen sofort im Laptop/rufe zielstrebig einige Leute an.

1e Woche nach schütteln: Schlafe viel > ein + durch: (Schlafe in ungewöhnliche Situationen/an unterschiedliche Orten ohne Problem, was für mich

ungewöhnlich ist/ist nach Jahren noch da).

Stuhl wird immer schneller/dünner/ich beachte es nicht bis Durchfall da ist (ohne Beschwerden)/wenig Appetit

Nach 6 Tagen: Blähungen After + Scheide/leeres Aufstoßen

Nach 7 Tagen: JuckeNDE/brenneNDE ROTE Stellen auf Lymphdrüsen, Schmerz im Dorsalrückenbereich + verschwindet nach Essen

Nach 14 Tagen: Durchfall (Aloe-ähnlich)

 

Nach 4e x schütteln: abends: „Wie Band um Kopf“; morgens: URIN, guter Launen, DURST + ich trinke. << Geräuschen, rede + merke  ich drücke mich nicht klar aus

 

5e Schütteln: entdecke sitzen = unbequem + wechsele Stuhl. Werde atemlos + wachsendem Druck auf Brust. Schwindlig + Sexverlangen, jucken + kitzeln + Druck von unten im Rachenkopf,

Druck im Nacken von unten, leeres + lautes aufstoßen, schläfrig, Arbeit scheint unendlich, aufsteigender Druck unter Schädeldach, Husten  nach Reiz im Rachen, r. großer Zeh zieht nach oben im Krampf/

= nicht zu bewegen, jucKEN r. + l. Nasenloch,

Luftmangel („Wie erstickend“) muss Fenster öffnen, fange an zu schwitzen über ganzen Körper, kann Schweißempfinden nicht aushalten,

nächster Tag: ArbeitsUNlust/schläfRIG (15 h.), VERlangt Süßem, bin abends müde und kann schlafen, mache Licht aus + werde hellwach, mache Licht an + werde schläfrig, lasse Licht an + schlafe ein,    

 

Vor 2e Schütteln: habe Angst wieder an zu fangen/habe gerade gegessen, Schwindel,

Während Schütteln: Druck vom Gürtellinie Seitlings Rippenbogen hoch, Sexverlangen, Gleiche Druck wie oben seitlings unter Okkiput, will aufhören „ohne Grund“,

Rückenschmerz hinter Herz, Habe „Lord of the Rings“ geschenkt bekommen und will während schütteln darin lesen/tue es nicht/schlafe beinahe ein, leichte Druck im Kopf/will aufhören um Schlimmeres

vor zu beugen, trocknes Aufstoßen wie Wellen + Druck nach oben, bin eifrig dabei heutige Quote zu beenden, Krampf im Zeh r. Fuß (Zeh bleibt im gleiche Position stehen), r. Schulter + r. Nacken versteift,

werden danach wie unbeweglich, könnte unendlich weiter klopfen, Geist = müde + leer,

 

Nach dem Schütteln: Morgens = es SCHWER auf zu stehen habe aber Energie + weiß was ich tun will

4e x schütteln: vorweg: bin depressiv/habe Krafttraining für 1 Woche gemieden/sehe keinen Sinn.

Während: Schütteln: fühle mich nutzlos/wertlos, weine deswegen, erinnere mich einen Anruf, die ich noch machen muss, tue es + Person antwortet nicht,

Druck aufs Herz/“Wie weinen“ aber ohne Tränen, kann Schüttelprozess nicht aushalten, will fertig sein, will mich bewegen und gehe zur Krafttraining.

Nach Pause: Zuversicht bis C 200 zu schütteln heute (ab C 10).

Druck unter Brustbein steigt hoch + ängstliches Empfinden fertig zu werden,

Schweißausbruch,

Stuhl stinkt, schläfRIG, Schmerz „Wie Stockschraube“ über Schläfen/Stirn 

 

Vergleich: Asche enthält: 75% K; Enthalten im Scam; Coptis chinensis (= Chinese goldthread/= duǎn è huánglián enthält: Berberin.; Ranunculales.).

Siehe: Solanales + Druck- + Parasiten- + Mondzeitaltergruppe + Teergruppe + Unterdrückungsgruppe + Spiralgruppe

Cusc-e (erdrücKEND) Bomx-pr (agresSIV/akTIV) Ameisenbläuling (AUSnutzen)

 

[Dr. Hélène Renoux/Marie Deschamps]

Découverte d’un remède méconnu, Cuscuta Europea, et contributions des différentes methodologies pathogénétiques

Cuscuta Europea est une plante grimpante parasite de la famille des Cuscutacées, que l’on trouve en Europe, Asie occidentale centrale et Afrique septentrionale.

Une plante annuelle qui a la particularité de n’avoir pas de système chlorophyllien, donc de dépendre entièrement de son hôte pour sa nutrition. Souche déjà présente dans la nomenclature,

elle n’avait jamais encore été expérimentée.

Méthodologie utilisée:

Paris et la Savoie ont opté pour des pathogénésies de long terme et les Lillois ainsi que le groupe du Sud pour des triturations. Tous sont restés dans le double aveugle, quant à la souche, et quant

aux dilutions utilisées, les deux groupes de Savoie et de Paris ont de plus inclus des doses placebo dans leurs panels.

L’apport de l’étude à la pratique homéopathique:

1. Etablir la première matière médicale pathogénétique du remède Cuscuta Europea. Les recueils conjoints d’une quarantaine d’expérimentateurs ont permis de réunir une matière

médicale complète avec des symptômes concordants et bien modalisés dans tous les appareils. Une première hypothèse pathogénétique sera proposée au monde homéopathique

en vue de susciter des confirmations cliniques : la relation à l’autre vue à travers le prisme du parasitisme total, de la fusion/différenciation s’exprimant dans le corps et dans la psyché.

2. Comparer les apports différents des techniques de long terme et de trituration qui abordent des angles différents du même tableau pathogénétique et ainsi ébaucher une base de

réflexion sur les apports et la pertinence des différentes méthodologies.

3. Pathogénésie de Cuscuta Europea réalisée en 2013

• Projet

• Méthodologie

• La plante

• Les thèmes principaux

• Essai de synthèse (L’ensemble du projet et l’intégralité de la Matière Médicale se trouvent à la suite)

A: L’idée de départ était d’expérimenter le même remède, en même temps, dans plusieurs groupes de travail en France mais avec des méthodologies différentes.

Cette idée est venue d’Hélène Renoux, responsable des pathogénésies éducatives à l’école INHF-Paris, en commun avec Jean-Marie Deschamps responsable des pathogénésies à la SHDS

en Savoie. Le pharmacien Laurent Rispal d’Epernay s’est rapidement joint au projet, assurant la traçabilité, la sécurisation et le double aveugle du remède. Puis Jean-Thierry Cambonie avec

Colin Wood, Claude Fontaine et Jacques Lamothe du groupe SMHMP du Sud-ouest de la France ainsique Jean-François Xavier du groupe SPHN du Nord ont rejoint l’équipe.

Un remède a été proposé par chaque groupe et envoyé dans une enveloppe scellée au pharmacien qui a tiré au sort l’une des enveloppes, de façon à garder secret le nom du remède testé, tout

en se tenant prêt à le révéler en cas d'évènement indésirable.

B: Méthodologies

Paris a opté pour un proving hahnemannien, de long terme et en double aveugle, 14 expérimentateurs ont reçu chacun un lot contenant 6 doses identiques et anonymes, randomisées.

Chaque lot ne contenait qu’une seule dilution/dynamisation: 5CH, 7CH, 9CH, 12CH, 15CH, 30CH et «blanc» (= placebo). Deux expérimentateurs ont reçu placebo.

- Chaque expérimentateur recevant 6 doses avait comme consigne d’en prendre 3 par jour pendant au maximum 2 jours, tout en prenant soin d’arrêter ces prises dès l’apparition du moindre

symptôme. Cette prise avait été précédée d’une semaine d’auto-observation destinée à relever tous les symptômes préexistants, propres à l’expérimentateur et n’appartenant donc pas au

remède testé.

- Un contact quotidien entre chaque expérimentateur et son superviseur a été organisé, au moins durant les trois premières semaines de l’expérience durant laquelle apparaissent généralement la

majorité des symptômes.

- Deux mois plus tard a eu lieu la réunion finale, le partage des observations et la divulgation du nom du remède testé.

 

La Savoie a opté également pour un proving hahnemannien de long terme et en double aveugle. 9 expérimentateurs ont reçu chacun 6 doses identiques et anonymes. Chaque lot de 6 doses contenait

une seule dilution/dynamisation: 5CH, 7CH, 9CH, 15CH, 30CH, 200K and «blanc» (= placebo). 1expérimentateur a reçu placebo.

- Durant la consultation initiale précédant le proving les superviseurs ont collecté les symptoms déjà connus de leurs expérimentateurs.

- Puis a eu lieu la prise des doses et les observations des symptômes pendant deux mois.

- Puis la mise en commun de toutes les expériences durant la réunion finale.

Midi-pyrénées a choisi de faire un proving de trituration en C4. Trois groupes se sont réunis séparément avec une poudre du remède en C4, à broyer dans un mortier tout en échangeant les sensations

recueillies. Chacun de ces groupes s’est réuni à trois reprises, en augmentant le niveau de dilution de la substance à chaque fois. Puis tous se sont réunis ensemble deux mois plus tard.

Entre temps les symptômes étaient collectés par les superviseurs.

Lille (le groupe du Nord) a opté pour une seule séance de trituration en C4.

Un groupe de 7 personnes s’est ainsi réuni un après-midi entier, broyant la poudre en C4 dans un mortier, se le passant de main en main tout en échangeant leurs symptômes mutuels et leurs observations

tandis que la scène était filmée et enregistrée. Ensuite chaque expérimentateur a continué de relever ses propres symptômes pendant encore deux semaines.

C: La cuscute d'Europe = Grande Cuscute (= Cuscuta europaea) est une plante grimpante parasite de la famille des Cuscutacées. Les derniers travaux phylogénétiques incorporent maintenant le genre

Cuscuta dans les Convolvulacées qui sont des plantes herbacées, la plupart du temps grimpantes ou rampantes, ou des arbustes, ou des lianes. La cuscute est notamment parasite de la luzerne.

On trouve le genre Cuscut a dans toutes les régions tempérées à tropicales du globe, il y en a 4 espèces indigènes en Europe du nord.

Plantes annuelles, vert jaunâtre, elles sont constituées d’une tige filamenteuse paraissant sans feuilles, celles - ci étant en fait réduites à de minuscules écailles.

Cuscuta europea a la particularité de n’avoir pas de chlorophylle ce qui la rend entièrement dépendante de son hôte pour sa nutrition.

Les fleurs sont généralement d’une couleur variant du rose au blanc. Les graines s’enfouissent légèrement dans le sol ou demeurent en surface. Avant que la germination ne se soit enclenchée, les

graines qui ont un tégument dur peuvent survivre dans le sol pendant cinq à dix ans, voire plus.

Leur germination peut avoir lieu sans hôte, mais la plantule doit impérativement trouver un hôte dans un délai de cinq à dix jours après la germination pour survivre, elle aura alors épuisé les

réserves nutritives contenues dans sa graine.

Pour trouver son hôte (dans une certaine urgence!), de récentes expériences semblent prouver que la plantule détecte des composants chimiques volatiles émis dans l’air par celui-ci:

la Cuscute «sent les odeurs émises par son hôte potentiel».

 

Quand elle atteint son hôte, la Cuscute s’enroule autour de ses tiges et s’y agrippe par de petits haustoriums (ou suçoirs) qui s’insèrent dans le système vasculaire de l’hôte. La racine d’origine

meurt ensuite. Dans nos régions ce développement étant annuel, il demeure limité à la croissance sur une seule saison, tandis que des espèces tropicales peuvent envahir un arbre jusqu’à son

sommet. La plante hôte est généralement affaiblie par ce parasite qui vit à ses dépens, en plus de parfois lui transmettre quelques pathogènes. Dans nos contrées ce sont principalement des plantes

cultivées telles la luzerne, le lin, le trèfle, la pomme de terre, le chrysanthème, le dahlia, la bignone, le lierre ou le pétunia qui sont atteintes. Pour cette raison de nombreux pays interdisent

l’importation de ses graines.

D: Matière Médicale Pathogénétique

1: Thèmes les plus marquants relevés par les différents groupes d’expérimentateurs

Les alternances

En particulier les expérimentateurs du groupe INHF-Paris ont relevé cette notion de hauts et de basse succédant au cours de leur expérimentation, avec une gestuelle commune de la main -lors de la

réunion finale- dessinant des vagues.

Alternance entre des phases d’euphorie et des phases de dépression.

Exemples:

- l’humeur monte et descend en pression, comme dans un grand huit (E7)

- alterne tristesse et peur de l’avenir avec confiance positive (E8)

- comme un flot vacillant entre euphorie et tristesse (E9)

- ressent des hauts et des bas (E10)

Alternance de symptômes physiques et/ou mentaux.

Exemples:

- Douleur de l’épaule gauche alternant avec une douleur pharyngée (E3)

- Bouffées de chaleur alternant avec une sensation de froid dans le dos (T3)

- Coups de fatigue dans la journée alternant avec des épisodes de suractivité, et avec des nuits raccourcies (E18)

- Pendant un épisode febrile: flash visuel qui monte et descend comme dans des montagnes russes (E19)

L’énergie bouillonnante

Les expérimentateurs du groupe SMHMP (Midi-Pyrénées) ont relevé une atmosphère de légèreté agréable lors des triturations, une ambiance de «printemps», harmonie, clarté de communication,

forte relation à l’autre, sensation d’infini. Comme une énergie bouillonnante avec de l’espace autour.

Exemples:

- Je n’ai pas envie d’ordre, je veux que ça pète, que ça éclabousse, d’être tous ensemble. [T8]

- Bonne énergie et beaucoup de pêche [T9]

- Le mot qui vient est espoir, se diriger vers la lumière. [T12]

- Il parle en hâte. [T12]

L’euphorie, les fous-rires se sont retrouvés aussi chez les expérimentateurs parisiens par épisodes et dans le groupe lillois du SPHN lors de leur trituration.

Exemples:

- elle rit malgré elle sans s’en apercevoir. [E1]

- euphorique comme si j'avais bu un petit peu d'alcool. Fou rire +++. [E7]

- Globalement plus joyeux. [E8]

- Je ressens plus d'énergie dans les mains. [E9]

- Envie de rire de tout. [T7]

• Le détachement émotionnel

Les expérimentateurs du groupe SHDS (Dauphiné-Savoie) ont particulièrement relevé une sensation de détachement émotionnel, d’indifférence à autrui, de refus d’

«interagir». Ce sentiment était présent à la fois dans le conscient et dans les rêves.

Exemples:

- Il n’y a plus d’accès aux émotions positives et négatives; rien ne m’atteint, pas de plaisir, pas d’empathie (E15)

- Coupure de la relation avec les autres, sensation d’une armure qui met une distance (E15)

- Je rêve que je conduis une voiture sans rien voir car le pare-brise est opaque, cela dure un certain temps puis j’ai un accident: la voiture s’arrête, un pompier ouvre la porte du passager et me dit que j’ai tué

des gens dont des enfants, je n’ai rien vu, et je n’ai aucune émotion (E15)

- Je suis peu dans l’affectif actuellement ce qui ne me gêne pas. Je ne sais pas si c’est un symptôme car j’ai peu de temps pour moi-même (E16)

- Envie de rentrer chez moi, dans ma coquille (E18)

Ce détachement a été aussi noté par certains expérimentateurs de l’INHF

- Paris à une phase de leur expérience (E9 provoque un accident et demeure détachée de cela).

Exemples:

- Envie de se reposer, seule, de «faire l‘autiste». [E1]

- Sensation comme si j’étais figée, comme un tronc d’arbre, pendant des jours (pour symboliser le fait que j'avais vraiment cette sensation que le cerveau était déconnecté) (E3)

- J'ai du mal à être avec les autres. Je me sens en décalage [E7]

- Loin des problèmes des alentours [E9]

- Difficulté de communication difficulté d’établir un lien [E12]

- Quelques secondes d'absence [E14]

 

L’agressivité

Beaucoup de symptômes évoquant un comportement et des réactions agressives ont été notés aussi bien dans le groupe SHDS, que dans les groupe INHF et SPHN.

Exemples:

- irritable et impatiente (E 2)

- agressive, envie de hurler (E3)

- moralisatrice, culpabilisante (E3) u

- nervosité, irritabilité aggravée par le retard des règles, et améliorées par leur arrivée (E3)

- contrariée dès le réveil (E4)

- envie de frapper (E4)

- irritabilité excessive difficile à contrôler (E16)

- colère brutale, excessive, pour une broutille, facilement offensé, argumente sans rien lâcher, tranchant sans concession (E16)

- intolérant à la contradiction, vite agacé (E 16)

- grognon, irritable, contrariée, envie de mordre pour des broutilles, débordée, ne peuts’adapter aux imprévus (E18)

- gestes brusques (T3)

- vindicatif, procédurier (T3)

2.

Symptômes physiques les plus marquants

• Douleur cervicale gauche, et des trapèzes

- Torticolis persistant, surtout à gauche, < par l’étirement/le massage/la chaleur

- Douleur cervicale gauche irradiant vers l’épaule, aggravée en tournant la tête vers la gauche

- Douleur du vertex à gauche

- Douleur sourde du trapèze à gauche, améliorée par la pression

- Courbature des trapèzes

- Douleurs cervicales, engourdissement, aggravée en tournant la tête à droite

Et dans un rêve chez une expérimentatrice qui n’a pas eu de douleur aux épaules, elle masse les trapèzes d’un ami [E9]

Mains chaudes et moites (et même si froideur, sensation de chaleur)

- Mains chaudes et moites

- Brûlure de la paume droite

- Transpiration des mains, mains moites chaudes ou froides

- Froideur des mains, avec sensation pourtant de chaleur, voire de brûlure

 

Vibrations des incisives supérieures

- Sensibilité osseuse au niveau des incisives supérieures

- Engourdissement du palais au niveau du bord des dents

- Sensation d’air pulsé derrière les incisives supérieures

- Chatouillis dans les dents du haut

- Sensibilité des dents au niveau des incisives supérieures

- Sensation de vibrations des dents du haut le soir au coucher, gagnant ensuite tout le haut du visage

NB: symbolique des incisives latérales supérieures = ce sont les dents de la communication, des échanges avec le monde, elle indique comment la personne établit des relations d’adulte à adulte.

Auxquelles on peut rapprocher des crispations des mâchoires:

- Douleur comme si elle avait serré les dents toute la nuit

- Spasmes de la bouche qui s’ouvre et se ferme de façon involontaire, au réveil

- Douleur de contracture du masséter gauche en mangeant

- Douleur temporo

- mandibulaire comme une crispation

- Sensation de relâchement de la mâchoire inférieure

- Douleur musculaire des mâchoires et de la tempe droite

NB: cela évoque la théorie des dents utilisées comme «troisième main» chez les hommes primitifs avec en conséquence une usure marquée des incisives.

3.

Symptômes qui évoquent la souche

• L’envahissement, la fusion

- rêve: des centaines d’extra

- terrestres débarquaient, j’étais heureuse de les voir [E2]

- rêve: un zombie cherche à l’embrasser, vécu comme «une irruption de l'extérieur dans l'intime» [E19]

- Elle sent comme des drainages à divers endroits de son corps [E3 et E12]

- Je suis tellement sensible à mon entourage, que j'ai tendance à me perdre dans le décor, l'architecture des autres, dans les bruits, les mouvements. Moi j'ai tendance à me fonder dans l'autre, devenir cet autre

que je ressens fortement (E9)

- Rêve de vampire (E9)

- Rêve d’être «envahie» par des personnes chez moi, sans arriver à les faire partir (E23)

 

Les couteaux

- Impulsion à planter un couteau dans la table (E14)

- Rêve d’un sabre fiché dans une épaule (E9)

- Rêve qu’il lance un couteau à huîtres vers une cible en situation de danger (T9)

 

Danger, menace

Qui rejoint le thème de l’envahissement, la menace se double d’une sensation bizarre à l’intérieur, de n’être pas centré, décalé:

En regardant dans le miroir: comme si elle avait un regard différent, avec une sensation angoissante, comme si quelque chose clochait à l’intérieur, sentiment de danger, qu’elle a vu en se regardant,

plutôt dans les yeux. [E4]

 

La nourriture

Nausées:

- Avec une tension à l’épigastre, des spasmes, une lourdeur, comme s’il y avait de laterre dans l’estomac.

- Accompagnant des maux de tête

- Envie de boire, mais boire < la nausée, doit boire de petites quantités espacées

 

Appétit le plus souvent diminué, plus rarement augmenté:

- Moins vorace, ne pense plus à la nourriture

- Moins envie de sucré, résiste à une tentation de gâteaux

- Peu d’appétit, vite rassasiée

- Appétit diminué avec la nausée

- Je me jette sur la nourriture et je ne m'arrête pas... (E9) + un cas de boulimie amélioré (E8)

E:

Conclusion

• Notion d’une chronologie

L’expérimentation a suivi plusieurs étapes, des phases d’un rythme de quelques jours. D’abord il y a eu une énergie bouillonnante qui a été le symptôme majeur des triturations, puis est arrivée la confusion avec le sentiment d’envahissement, de mise en danger, de perdre son unité ou ses limites, puis une coupure avec les autres.

Cela évoque la souche Cuscuta Europea qui doit, dans un élan bouillonnant se développer et chercher sa cible

- dans les cinq jours de réserve nutritionnelle que sa graine lui procure

- en se guidant à l’odeur (importance des symptômes de l’olfaction, perceptions augmentées, ou illusions olfactives de poivre etc...). Puis sa cible atteinte, elle se fond en elle, se nourrit à travers elle jusqu’à la faire disparaitre.

 

La thématique centrale pourrait être celle d’une difficile relation à l’autre:

Avec comme phrase clé, celle de E9:

«Se fondre dans l’autre, devenir cet autre et le porter énergétiquement»

Relation au risque de se perdre soi -  même nécessitant un réajustement de la distance émotionnelle.

Pour garder son identité, ne pas aller au conflit?

• Différences entre méthode de trituration en groupe et proving hahnemannien

 

Méthode de trituration: pendant celle

-          ci, le monde des sensations de Cuscuta nous a renvoyé à la source de la plante, à son départ ... là où la graine va donner tout son potential pour sortir de terre, aller vers l’autre, là où le projet de son devenir est le plus fort. Il est intéressant de noter que c’est pendant cette trituration qu’un des expérimentateurs a eu la vision de la plante.

Secondairement, des rêves de deux ordres sont apparus: des rêves d’étape (rêves de chute des dents, du temps qui passe) ou son contraire (la vie n’a pas de pause, je l’ai déjà vécu, déjà vu), et des rêves de kidnapping ou d’usurpation de son identité. Ce monde symbolique nous renvoie plus au lien de la souche avec le monde et son environnement, en particulier la problématique du parasitisme.

Enfin deux mois après la trituration, le groupe était exténué, les participants avaient vécu des expériences difficiles physiquement (entorses, fractures du bras, grippe épuisante) ainsi que des expériences de vie ayant réactivé de la rancœur, de l’agressivité ou de la malveillance et enfin un sentiment profond de solitude et d’abandon... Nous étions loin de l’expérience «des lendemains qui chantent» du départ.

 

Dans le proving hahnemannien de long terme, des problématiques humaines se développent, on découvre bien - mais sans notion de chronologie - la réaction humaine par rapport à la souffrance induite par l’énergie

du remède. En ce qui concerne la Cuscute c’est la question du rapport à l’autre, des limites de chaque individu, et de comment positionner autrui dans son cercle: pour garder mon identité, ou mon intégrité, serai

- je amené à sortir de cette relation, à rejeter l’autre?

                                              

Wirkung: aphrodisisch                      

Allerlei: Parasit ohne Wurzeln/dunkelrote bis rote Farbe (= Chlorophyllos)/KLEINE Blätter/rosarote Blütchen/Liegt wie Web über Wirtpflanze (dieser
verfärbt von grün zu (blassgelb)/Wirt (oft Hanf/Hopfen) + Parasit sterben zusammen.

Ist Versuch zum tierischem Seinsweise hin. Lebt von anderen Lebewesen Ist entstanden im Mondzeitalter (wann feste, flüssige und Gaszuständen anders waren als im heutigen Zeitalter).

 

Pythologie: Frisch mit Ingwer gekocht.

Urinwegen/Leber/Ischias

 

 

Vorwort/Suchen                                Zeichen/Abkürzungen                                   Impressum